Prix national Ghislaine-Pilon : hommage à une pionnière de l’éducation en français dans la province

Article de Parenthèse publié le 5 décembre 2019, dans la catégorie Actualités

La Commission nationale des parents francophones (CNPF) a décerné, le 22 novembre dernier, l’édition 2019 du Prix national Ghislaine-Pilon à une pionnière de l’éducation francophone en milieu minoritaire en Colombie-Britannique, Martine Galibois-Barss.

Ce prestigieux prix a été créé afin de souligner, annuellement, la contribution exceptionnelle d’une personne ou d’un organisme à l’avancement de la cause des parents francophones sur le plan régional, provincial (ou territorial) ou national.

Présidente de la Fédération des parents francophones de C.-B. de 1986 à 1996, puis conseillère au Conseil scolaire francophone de la C.-B. (CSF) de 1996 à 2005, Mme Galibois-Barss a œuvré pendant de nombreuses années à la mise en place de la gestion scolaire francophone dans notre province.

Femme de tête, d’action et de cœur, mère de quatre enfants ainsi que fière grand-mère, elle s’est toujours intéressée à l’éducation, mais plus particulièrement aux enfants eux-mêmes. Son engagement et ses réalisations ont toujours eu comme objectif ultime le bien-être des enfants, de tous les enfants. Elle partage d’ailleurs avec ceux-ci deux qualités : la spontanéité et la chaleur humaine.

Participant d’abord à la mise sur pied du programme d’immersion française à North Vancouver, Mme Galibois-Barss a ensuite œuvré à l’établissement de l’école André-Piolat, puis à la mise en place d’un programme secondaire francophone dans la même ville. D’abord simple bénévole, elle devient conseillère et par la suite présidente de l’Association des parents francophones de Colombie-Britannique, qui deviendra plus tard la Fédération des parents.

Elle a été le moteur derrière deux actions juridiques intentées dans les années 1990 contre le gouvernement de la C.-B., menées en vue d’obtenir la reconnaissance des droits conférés aux parents en milieu minoritaire par l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Ces batailles ont mené à la création du CSF en 1995.

C’est beaucoup grâce aux efforts soutenus de Mme Galibois-Barss, et à ceux des nombreux parents qu’elle a su motiver, que les francophones de notre province ont obtenu la gestion scolaire, qui donne depuis accès à un réseau d’écoles offrant un programme de qualité qui contribue au développement de la communauté francophone qu’il dessert.

L’action communautaire de Martine Galibois-Barss et son dévouement à la cause de l’éducation en langue française, en Colombie-Britannique et à l’échelle du Canada, lui ont valu de nombreuses distinctions, incluant l’Ordre des francophones d’Amérique.

C’est avec humilité que la récipiendaire accepté le trophée qui lui a été remis – après une intervention vidéo par le président de la CNPF, Louis Kdouh – lors de la soirée d’ouverture du congrès soulignant le 40e   anniversaire de l’organisme représentant les parents francophones de la Colombie-Britannique.

Ces parents s’allient à la CNPF pour saluer l’immense contribution de Martine Galibois-Barss au développement de la francophonie dans notre province.

 

(Sur la seconde photo, Martine Galibois-Barss est entourée de Suzana Straus, présidente, et de Marie-Andrée Asselin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique. Crédit photos : Gaëtan Nerincx)